Nuit avec Patrick Burensteinas

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar Richard Khaitzine » Mar 24 Nov 2009 22:01

Bonsoir Franck,

Je ne connais pas le travail de Combe, mais ce que je sais de sa vision de RLC ne m'a pas enthousiasmé.
Pour ta proposition, je suis d'accord et je pense que C et F le seront aussi. Nous pourrions faire quelque chose de bonne qualité ensemble.
Amitié
Richard
Richard Khaitzine
 
Messages: 111
Inscrit le: Jeu 31 Jan 2008 13:11

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar christian attard » Mer 25 Nov 2009 00:15

Bonsoir Richard, bonsoir à tous...

« Je vous ai lu attentivement et relève dans vos deux derniers envois plusieurs contre-vérités, des amalgames et certaines informations tronquées (mais je suppose que ces informations vous n'en avez pas eu connaissance). » dîtes-vous.

A ces propos, c’est marrant que vous évoquiez d’abord le livre de Witkowski cité par Fulcanelli dans sa page 51 « du mystère des Cathédrales ». En référence de bas de page, il donne :
G.J . Witkowski : « l’art profane à l’église », je vous épargne la vraie suite du titre. Edition Schemit de 1908 page 35.

Je n’ ai lu qu’un seul livre de Witkowski et c’est justement celui-là !
« L’art profane à l’église » que j’ai eu d’ailleurs du mal à trouver à l’époque, je ne crois pas me souvenir qu’il y est question de Strasbourg et n’ai pas retrouvé mention de la belle cathédrale brune dans mon édition en allant vérifier à la page 35.
Est-ce bien de ce livre dont vous vouliez parler ?
Parce que bizarrement à la page en question nous retrouvons…St Marcel et Notre de Dame et pas du tout l’extrait rapporté par Fulcanelli ??? qui n’est donc pas tiré de Witkowski..contrairement à la référence donnée. Pourquoi selon vous ?
Bizarre… mais je n’ai peut-être pas la bonne édition !

Pour le reste de votre argumentation et de mes "contre-vérités", je pourrais en reparler mais je ne voudrais pas vous prendre trop de temps à un moment où vous devez beaucoup travailler à vos futures éditions.

Bien à vous tous,
Christian

Je rajoute que Franck, tu me fais bien trop d'honneur en m'associant à de telles pointures et que Je te conseille d'essayer aussi le Gaillac primeur, pas mauvais cette année encore !
Avatar de l’utilisateur
christian attard
 
Messages: 209
Inscrit le: Sam 06 Déc 2008 12:13
Localisation: Gragnague (31)

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar Jean-Claude Carton » Mer 25 Nov 2009 12:00

Je viens d'envoyer un mail à Patrick Burensteinas lui faisant part des activités de ce forum et du sujet qui vous passionne.

En le raccompagnant le matin du 30 mai, je lui avais proposé de revenir avec Richard Khaitzine.
Il était complétement d'accord.
N'oublions pas qu'ils ont le même éditeur
http://www.lemercuredauphinois.fr/

Depuis, le "topic" évolue

La réponse, quelle qu'elle soit, vous sera donnée sur le forum
"Ne change pas ta nature si quelqu'un te fait mal, prend juste des précautions.
Préoccupes-toi plus de ta conscience que de ta réputation.

Image

http://edc.stardist.org/
Jean-Claude Carton
 
Messages: 3280
Inscrit le: Sam 12 Jan 2008 19:24
Localisation: Paris

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar La Roche Aux Loups » Mer 25 Nov 2009 19:47

Bonsoir à tous!

Richard Khaitzine a écrit:Bonsoir Franck,

Je ne connais pas le travail de Combe, mais ce que je sais de sa vision de RLC ne m'a pas enthousiasmé.
Pour ta proposition, je suis d'accord et je pense que C et F le seront aussi. Nous pourrions faire quelque chose de bonne qualité ensemble.
Amitié
Richard

Alors oui, c'est une idée que je lâche comme çà, c'est pas à prendre au pied de la lettre pour demain :) (pardonnez de m'être un peu enflammé, un excès "d'Ambroisie" sans doute)! Je n'ai que de très faibles moyens et je suis un peu pris par le temps en ce moment. Mais comme ce n'est pas un sujet à prendre à la légère, l'idée doit faire son chemin et se discuter au préalable calmement (je suis du genre à mettre 3 ans pour pondre un truc! :lol: ). Et comme l'on peut le voir, on est pas tous toujours forcément d'accord sur tout.

L'idée pourrait être: la communication de la Gnose sous toutes ses formes. Mais d'abord qu'est-ce que la Gnose et à quoi cela fait référence, pourquoi est-ce voilé? Pourquoi aujourd'hui des gens a priori cultivés et intelligents se conforment, en tous cas en apparence, à des formes-pensées archi-codifiées (archétypes) comme celles des dogmes religieux? Même si la foi personnelle en qqchose est noble et respectable et ne se discute pas, on voit bien que l'art et l'Histoire, comme disait Balzac, repose aussi sur des notions parfois "toutes autres" qui se glissent dedans et conditionnent nos expressions et jusqu'à nos coutumes elles-mêmes (ya qu'à voir la fête de Noël). Comprendre pourquoi un auteur comme Dan Brown, qui sort son nouveau livre sur la franc-maçonnerie en ce moment "The lost sympol", cartonne dans un mental culturel dévasté. Que pensent les astro-physiciens et cosmologistes de toute cette structure de l'univers, qu'en disent-ils au jour d'aujourd'hui, au vu de la connaissance de l'infiniment petit? L'acceptation par un plus grand nombre de notions plus gnostiques liées à la matrice qui constitue l'univers fait-elle peur à ce point? Est-ce par l'acceptation de ces Connaissances que l'on pourrait mettre à mal les oligarchies politiques d'aujourd'hui et dépasser enfin le stade de la connardisation à grande échelle? Mais peut-on réellement se passer pour autant de ces oligarchies en place? Parce-que la Vérité n'est pas "sexy" ou facile et mérite un minimum d'efforts. Et c'est bien sur cela que le système économico-culturel tient tout entier: maintenir dans la facilité. Bon, c'est un peu vaste… :?
Bref, un "film-cathédrale", quoi! :lol:

Pour G Combe, en ce qui concerne la théorie exposée dans son docu, effectivement ce n'est plus très frais (encore pas mal imprégnée de la vision PdS). Moi je lorgnerai plus vers une vision plus garniéenne et "daemonique" de la chose. Mais la vidéo que j'ai fait avec TG passera-t-elle l'hiver?? :lol: Mais le film (de Combe) a beaucoup de qualités visuelles. Disons qu'il est très télédiffusable. Mais après, la Monoforme télévisuelle est-elle LA VOIE de la Création? C'est toute la question… Mais j'avoue ne pas avoir vu les DVD sur l'alchimie qui, apparemment, ont l'air très bons. Faut que je me procure çà, çà à l'air assez fondamental.

Bien sûr Christian, si vous le désirez, vous pouvez participer, il n'y a pas de chasse gardée. Vous en connaissez long comme mon bras! Encore une fois, ce n'est qu'une idée qui me taraude et qui aurait besoin d'une vraie production mais c'est déja bien de lancer l'idée. Après… En tous cas merci pour le Gaillac, j'irais rôder! :P (voyez que vous en savez, des choses! :lol: )

Enfin, à méditer gentiment sans se bousculer. Merci à tous.

Eh ben vous pouvez reprendre une activité normale et vos dispu…ssions sur Fulcanelli :lol: , j'ai fini, là.

Franck. 8-)
La Roche Aux Loups
 
Messages: 427
Inscrit le: Mar 20 Jan 2009 16:51
Localisation: Paris

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar Richard Khaitzine » Jeu 26 Nov 2009 14:27

Bonjour Christian,
Il s'agit bien de cet ouvrage. Pour simple éclaircissement... croyez-vous ne pas vous souvenir que le passage en question n'y figure pas ou avez-vous vérifié?
Quant à expliquer cette étrangeté, il y a une hypothèse. Il convient de se souvenir de la façon dont furent publiées les différentes éditions des "Fulcanelli". Personnellement je n'ai pas les éditions originales, mais une chose me semble sûre, Canseliet, au sein des éditions suivantes, ajouta une certaine quantité de notes bibliographiques postérieures à 1900 afin d'accréditer la véracité de ses "souvenirs". De même, il procéda à un certain nombre d'interpolations, il se pourrait même que la référence au roman de Mme Erlanger- par exemple- n'ait pas figuré dans la première édition.
Cordialement
Richard
Richard Khaitzine
 
Messages: 111
Inscrit le: Jeu 31 Jan 2008 13:11

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar christian attard » Jeu 26 Nov 2009 19:31

Bonsoir Richard,

Par acquis de conscience, je viens de vérifier pour "l'art profane", la citation donnée par Fulcanelli ne figure pas dans l'édition originale de 1908 chez Schemit.
Je n'ai pas non plus accès à l'édition originale du "Mystère des Cathédrales" mais après recherches, il s'avère que cette citation semble extraite, à quelques infimes modifications près, d'un ouvrage plus ancien dont le titre doit être "Mémoire d'histoire de littérature" au tome IV que je n'ai pu retrouver.
Joseph de Rosny a lui aussi repris cette même citation dans son « Tableau littéraire de la France du XIIIe siècle » en 1806. Mais ce monsieur n’a rien à voir avec les frères Boex, dommage pour certains !
Ce ne fut pas le seul et ce passage semble avoir eu pas mal de succès avant son ré-emploi par Fulcanelli.
En tout cas Schwaller ne semble pas être de ce coup là !
Reste la référence à Strasbourg comme première cathédrale citée et le mystère de cette fausse référence qui nous ramène à St Marcel …

Bien amicalement,
Christian
Avatar de l’utilisateur
christian attard
 
Messages: 209
Inscrit le: Sam 06 Déc 2008 12:13
Localisation: Gragnague (31)

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar EDC » Ven 27 Nov 2009 14:17

Bonjour.

Je suis ravi de lire les différents échanges et de voir que l'alchimie suscite un réel intérêt.

Mon emploi du temps ne me permet pas pour le moment de vous donner une date; je suis au Québec.
Je vous recontacte
Cordialement.

Patrick Burensteinas
Étoiles du Cœur
Avatar de l’utilisateur
EDC
 
Messages: 87
Inscrit le: Mar 10 Fév 2009 21:13

Fulcanelli, I, 8, 16, 34, 35, 56, 101, 111, 515...

Messagepar Inari_San » Dim 29 Nov 2009 00:28

Bonjour à toutes et tous,

Bonjour à vous Patrick
(j'aime votre exposition du tissu de la terre, sa réflexion dans l'air),

Bonjour Franck,

Bonjour à vous lecteurs & chère lectrice
(je vous répondrai ici : ne l'oublions pas SVP, c'est le jeu du forum !...),

Je crois qu'il faut infiniment plus que mettre en avant le genou gauche et prohiber les fèves (conjurant les êtres inorganiques que vous ne manquerez pas de rencontrer en cet en-deçà du manifesté) : la pensée de Pythagore est bien plus vaste (dépassant le simple cadre du mathématikoï), vous le découvrirez (1). Contrairement à la vulgate, Hypase avait toute sa place dans ce paradigme.

(1) Cependant je suis d'accord, l'Opus musical est fondé sur la double symbolisme des nombres (qualitative & quantitative), des numérations métaphysiques (comme celles d'artistes kabbalistes chrétiens vues dans mon approche de peinture hermétique sur Facebook), pour le reste reportez-vous à la finalité de cette section en ce Forum : viewtopic.php?f=4&t=1100&start=30
La vision de la série animée « Alexander » de Peter Chung (REIGN en anglais) alors dissoudra tous les doutes sur cette voie (Rin Taro's Connexion oblige, on reste en famille donc).

C'est vrai, l'art pour moi est beaucoup plus qu'un exercice spirituel, il est Action.
Contrairement aux spéculatifs, mon travail ne se termine jamais avant l'Aube, dans cet épuisement du Pélican de la nuit de mai, ayant échos chez Platon (lois 667-669), propre à la poesis même et faisant jour la réalité énergétique potentielle (alêthê, alêtheïa, alê théïa) organisant les plans du réel (l'Ether porte en Soi tous les éléments). C'est un jeu lîlâ d'émergence, déploiement et réintégration.

Ici, l'âme humide redescend dans le Fleuve, l'âme sèche remonte vers le Feu, en accord avec l'Âkasha, séjour du Son originel (série animée RaXephon).

C'est technique, le 2e Volet de « Hadès » de Masami Kurumada (comme l'a signalé très justement Franck ; merci à toi) en fait l'exposition :

Les Éveillés marchent sur les flots (panoptès), transcendant leur courant (quitte à être absorbé par leur archétype), remontant à la Source, traverser enfin le fleuve (...) et vaincre dans le « royaume des morts ».

Puis il s'agit alors de poser sa divinité Face à Face avec la divinité, dans ce Feu où l'âme sèche a brûlée toute impureté et vivifié l'Essence même, en l'Empyrée, cette voie droite de l'Y Pythagoricien, la voie des dieux (devâyana)...

Dans le volet suivant ("Tenkai-hen Josō ", Ouverture au Monde Céleste) Saint Seya se confond avec le Pélican, « rédempteur dans sa capacité de mort elle-même alimentée par l'immortalité », cette part intime du Phénix (Romé-Roma/Amor, Force/Amour).

http://www.youtube.com/watch?v=vSwGclWl ... re=related

Ici l'Aïglê grec (lumière éclatante) fixant le Soleil, n'est plus un corps de liaison entre les niveaux ontologiques - à l'exemple du Logos de l'Oiseau Rokh, « al-Rûh » l'Esprit transcendant - où le Corps Subtil nourrit du Feu central ne sera plus « détruit » mais intégré au soleil lui-même... 7e, 8e, 9e... sens comme tu le soulignais Franck.

http://www.youtube.com/watch?v=HuK1tpaf ... re=related

Mais finalement « Que sont les dieux ? » entre Phylakes et (arché)typos autonomes et attracteurs... avant cet affrontement final, confrontation avec Artémis, dont Virgile signale dans ses Géorgiques disait que la Lune a rangé les jours aux différents travaux.

Mais qu'il est loin ce temps de l'opérateur pour Saint Seya, lui arrivé à l'Ultime Limite...

...

Quittons le Réel, et revenons aux réalités où en inter-monde se poste toujours des résurgences de Sophia, celles ouvertes par les supports anagogiques.

Abolis bibelots d'inanités sonores :

univers des coquilles typographiques révélant la Mérelle (cet esprit du chapitre), des césures éclairantes, des mots hélisés ou rabotés, des folios intelligents, de la guématrie et des cabales phonétiques (plusieurs écoles), des majuscules oubliées (telles A(rcanum) H(ermeticæ) P(hilisophæ) O(pus) posées dans l'un de mes posts précédents, bien vu Marie !) de la transcendance de la page – j'avais consacré 3 cours à cette construction de la mise en page - (en trouver notamment le « point riche » dans sa géométrie sacrée et de là, et ce n'est qu'un exemple, en obtenir sa « clé vigenère »), interpolations et échanges avec d'autres ouvrages et auteurs, notes de bas de pages renvoyant à d'autres textes ou à des œuvres picturales encodées, etc

À ce propos, je possédais à l'époque l'ouvrage, très richement illustré par des Anciens, de M. Witkowski (originaire de Witko, du latin « Vitus » dérivé en « Vito », la Vie ; l'Amoureux reconnaîtra quelques valeurs au Blason de la ville... j'avais reproduit son azur, son fer à cheval en vase et son épée tranchante s'y insérant pour mon MC) et avait remarqué le renvoi (éd. 1908 – p. 35 ; un 8 faste en somme à 1ère vue, un indice ou un deux, etc), je crois me souvenir, (mais je me trompe sans doute, car le cœur de mon métier est d'encoder les images pas de traduire les textes cryptés) à Dujols. Étrange... peut-être le fond (Procession du Renard ou de la Fête de l'Âne) ?

Excusez-moi d'apporter de la confusion, j'ai consulté par internet le dit recueil et suis incapable de retrouver la clé de ce raisonnement iconoclaste (basé sur les images donc)... En fait, je ne puis me reporter à mon exemplaire du « Mystère des Cathédrales » (et ne peux produire tous les prolongements qui c'étaient fait jour), il y a plus d'une quinzaine d'années une Belle parèdre rousse au beau matin ayant emporté en son pays mon cœur et mes Fulcanelli annotés (ne souriez pas c'est vrai !).

En tout cas je regrette vivement ces ouvrages, en particulier le 1er Tome des DM.

La Divine providence en avait fait, par le jeu des préfaces ajoutées, de la page 111 une belle étendue blanche dont j'avais fait un Pôle tout justement. Un déplacement du Centre providenciel (je laisse cette coquille).

En effet, 111 est symboliquement un véritable centre :

Dante Alighieri, dès le milieu du vers 101 du chant I, annonce l'Homo Maximus, ce NEO (one, mais aussi 34), ce Veltro (lévrier, autrement dit un chien de chasse tenace et hardi, ce « Khan » - canis - comparé à un rédempteur charismatique à la secrète puissance par Guénon & Evola), triomphant de la bête vers 111 (autre blason de Witkowski en Germanie : lévrier & Axe du monde).

Le charismatique roi Arthurus (nom attaché aux deux ours étoilées ; au jardin germanique, ce « arth », carré clos cérémoniel 8x8 des celtes, reproduction maîtrisée de la cosmogonie) en chef (DUX, par anagramme DXV, 515 en chiffre romain...) reposera en « l'île » d'AVALON (venant du latin « Abalus », 56 position centrale de 111) jusqu'à son réveil en ce Centre polaire (UNvisible) tout comme Merlinus (encore une fois par la guématrie 111).

Et puisque j'évoque les rois, placer ici la « Ligne Rouge » située sur la Basilique Saint Denis où gisent les mérovingiens (la valeur du « Lys », Reine du mystère, est de 56) que Guénon rapprochent du grec « mêros » et du sanscrit « méru », deux termes évoquant le Centre Polaire, fin et commencement.

Ainsi la 1ère lettre en hébreux « alef », « halif » en arabe,de même que le mot « quth » signifiant le « Pôle » et le Tétramorphe chrétien se retrouvent dans le 111...

DM I, p. 111 portant en folio l'infini « 8 »... « Providence » disais-je, d'ailleurs la guématrie de ce terme est tout justement de 111.


Amicalement
Inari_Sama
Pièces jointes
Pentacle de protection en Hadès.jpg
De Pythagoras
Pentacle de protection en Hadès.jpg (59.31 Kio) Consulté 278 fois
Apollon-Seiya.jpg
Face de la Divinité, Face de l'Homme
Apollon-Seiya.jpg (12.22 Kio) Consulté 279 fois
Shaka_Samadhi.jpg
Shaka_Samadhi.jpg (10.37 Kio) Consulté 284 fois
Avatar de l’utilisateur
Inari_San
 
Messages: 79
Inscrit le: Dim 05 Juil 2009 09:50

Du "Truc des magiciens" des Typographistes

Messagepar Inari_San » Dim 29 Nov 2009 09:52

Abolis bibelots d'inanités sonores (suite) :

Un dernier truc encore, rendre ostensible ceci, pour mieux glisser discrètement cela.

En illustration les blasons Witkowski :
- sur Azur une belle cabale à énoncer ou lire...
- sur la langue verte du Arth (enclos sacré et protégé), Veltro-lévrier et Tronc-Axe du monde

(on remarquera l'évocation de la Rune germanique de Thor - Force brute, la Pierre levée-Axe - associée à celle de Ur, la Force Originelle : le Géant, l'Homme fort)

Et ici soulever un lièvre : mais où se trouvaient les Pôles originaires de l'ouvrage ?
Pièces jointes
Witkowski_Prussia.jpg
D'après l'Armorial de Rietstap
Witkowski_Prussia.jpg (61.05 Kio) Consulté 272 fois
Witkowski_Polka.jpg
D'après l'Armorial de Rietstap
Witkowski_Polka.jpg (47.71 Kio) Consulté 272 fois
Avatar de l’utilisateur
Inari_San
 
Messages: 79
Inscrit le: Dim 05 Juil 2009 09:50

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar christian attard » Ven 04 Déc 2009 21:34

LE JEUDI 17 DECEMBRE 2009 à 20H
Cinéma PRADO
36, avenue du Prado - 13006 Marseille
« Le Voyage Alchimique de Bruxelles à saint-Jacques de Compostelle »

SUIVIE D’UN DEBAT AVEC PATRICK BURENSTEINAS ET GEORGES COMBE

http://librairieletoiledumage.blogspot. ... 13006.html
Avatar de l’utilisateur
christian attard
 
Messages: 209
Inscrit le: Sam 06 Déc 2008 12:13
Localisation: Gragnague (31)

PrécédentSuivant

Retour vers Hermétisme & Alchimie & Demeures philosophales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron