Nuit avec Patrick Burensteinas

the golden game

Messagepar Inari_San » Ven 13 Nov 2009 21:52

Bonsoir Franck (c'est l'autre Franck)


^_^ ta langue a fourché (cela m'arrive aussi étant souvent pris dans la course de mes doigts sur le clavier).

Tu voulais sans nul ombre d'un doute vouloir dire que Patrick Burensteinas était plus connu par le grand public comme alchimiste et Richard Khaitzine comme écrivain.

Mais nous le savons tous ici : tous deux sont disciples d'Hermès et publient.

Le fond du débat est en fait ailleurs : entre "opératif" et Opératif.

Je ne m'y lancerai pas (...), certains lecteurs connaissent ma Tradition : elle ne recommande pas d'avoir un petit fourneau au fond d'un jardin de banlieue (Opératif donc).

Cependant ceux qui me connaissent savent que bien de mes amis en possèdent (ou en possédaient).
Le secret de la quiétude : des lignes de convergences universelles quelques soient les approches.

Amicalement

(j'ai été très heureux de notre long échange au sujet des spectres lémures et de Paracelse, encore merci. Cette belle discussion aura éclairée une journée trop remplie par le travail).
Pièces jointes
jocus_severus.jpg
C'est Lui seul qui a tranché
jocus_severus.jpg (43.44 Kio) Consulté 1508 fois
Avatar de l’utilisateur
Inari_San
 
Messages: 79
Inscrit le: Dim 05 Juil 2009 09:50

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar La Roche Aux Loups » Sam 14 Nov 2009 04:15

Hello (Franck n°2??? ;) )!!

C'est clair que je ne cantonne pas Herr K à un simple gratte-papier ou autre plumitif du XXème siècle, comme il dit dans sa Langue des oiseaux :lol: (j'ai vomi dessus l'autre jour après une biture :x , faut absolument que je me le rachète et que je le finisse, c'est passionnant). On sent bien la recherche profonde de sens derrière tout son travail. Effectivement, je voulais dire que Patrick B a choisi une voie d'expérimentateur, en tant que physicien de formation, alors que celle de Richard K est plus livresque ou faite d'étude des recueils d'alchimie. D'ailleurs, personnellement, je me rapprocherait plus d'une vision métaphysique et spirituelle des concepts alchimiques. Les montages des deux vidéo sur la conférence d'avril ont été du pur bonheur pour çà. Elles ont "coulé" toute seules, comme si çà allait de soi car je me retrouve totalement dans ce genre de propos.

Mais c'est aussi ce qui me pose question: quel intérêt de s'évertuer à connaître et décortiquer les codages complexes ou allusions voilées de certains écrivains, scientifiques ou alchimistes si la seule façon d'accéder à la Gnose des Philosophes est de voir l'Oeuvre en esprit (c'est-à-dire d'une façon très personnelle et intérieure, somme toute)? Un chercheur laborieux pourra éplucher toute sa vie les traités et documents du passé et accumuler une connaissance de surface encyclopédique sans percevoir le fond des choses alors qu'un gars "inspiré" peut, s'il voit l'oeuvre en esprit ne serait-ce qu'une fois, capter je dirais intuitivement la quintescence de son humanité et de la structure du monde par un "simple songe" ou "intuition". Comme quoi la connaissance systématique ne fait pas tout, ce serait plutôt l'alliance de cette connaissance et d'une certaine sensibilité ("intelligence" sensuelle ou sensitive). Sommes-nous tous égaux devant la Grâce? J'aurais tendance à penser que oui mais… j'en sais rien! :D

D'où la nuance "opératif"/Opératif? Mais j'adhère pas mal dans le sens où le travail des métaux n'est qu'une voie parmi d'autres pour accéder à l'Alchimie intérieure qui, elle, est l'essentiel. Laisser passer la Lumière comme dit Patrick Burensteinas, et pas la lumière photonique. Tout les écrits alchimiques ne seraient donc que métaphore et second degré? C'est passionnant…

Pourtant, Nicolas Tesla ne faisait guère de mystères, lui, en disant ouvertement tenir ses idées des ET!… C'était pour le moins gonflé! :o

On en vient à Paracelse. Merci de m'avoir communiqué son ouvrage, faut que je lise çà. Castaneda, aussi.

Franck.
La Roche Aux Loups
 
Messages: 427
Inscrit le: Mar 20 Jan 2009 16:51
Localisation: Paris

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar christian attard » Sam 14 Nov 2009 10:54

Je n'ai malheureusement pas eu le temps de beaucoup parler d'alchimie au cours de cette nuit du 12 novembre passée sur l'antenne.
Croire qu'il existe autre chose qu'une alchimie opérative est un leurre entretenu par ceux qui ne comprendront jamais que la véritable et seule alchimie est opérative, manuelle et bel et bien matérielle.
Le reste est tout au plus une belle allégorie.
Le processus d'expansion de conscience basé sur le développement de l'énergie des chakras et de la mystérieuse Kundalini n'a rien à voir avec l'alchimie traditionnelle face au creuset et aux braises.
L'alchimie certes permet de comprendre ce processus commun et son origine mais l'une et l'autre doivent bien être distingués et non fusionnés.
Si en effet, il vaut mieux visualiser l'Oeuvre en esprit avant de se confronter à la matière, c'est bien pour ne pas perdre son temps et son énergie en manipulations hasardeuses.
Un peu comme un skieur visualiserait sa future descente parfaitement répérée avant de s'élancer.
La seule et véritable alchimie est opérative au creuset et au fourneau, le reste c'est effectivement de la littérature de purs spéculateurs à l'imagination ou à la pratique contrariée.
Quant aux anciens, ils sont incontournables et Fulcanelli ne les remplacera jamais.
Tout ceci à mon très humble avis ;)
Dernière édition par christian attard le Lun 23 Nov 2009 08:04, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
christian attard
 
Messages: 209
Inscrit le: Sam 06 Déc 2008 12:13
Localisation: Gragnague (31)

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar La Roche Aux Loups » Sam 14 Nov 2009 18:24

Oui,

j'ai déja vu ce genre de débats sur des forums: qu'est-ce qu'a réellement apporté Fulcanelli par rapport à un Flamel, un Paracelse ou un Basile Valentin? Bon, j'avoue mal connaître le sujet donc je ne m'étendrais pas.
Moi j'entendais plus alchimie au sens large du type recherche ou évolution personnelle vers un élargissement de conscience via l'expérience de la vie. Effectivement, l'alchimie au sens premier est une pratique d'expérimentations. Mais comme le dit Burensteinas, le but, pour un alchimiste, est d'abord de mettre les mains au fourneau et au creuset pour obtenir des transmutations mais ensuite, on se rend compte qu'au travers de ses cheminements, la matière qu'on travaille réellement est sois-même. Je parle un peu dans le vide parce-que je ne suis pas alchimiste opératif mais j'aime bien ce concept parce-qu'il peut s'appliquer à n'importe quelle activité (et c'est pour cela que, même sans être alchimiste, çà me parle).

Apprêt, c'queue Jean dit… :|

Franck.
La Roche Aux Loups
 
Messages: 427
Inscrit le: Mar 20 Jan 2009 16:51
Localisation: Paris

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar christian attard » Dim 15 Nov 2009 22:02

Bonsoir Franck,

L'alchimiste comme la personne qui vit une NDE ou celle qui est confrontée à une entité inconnue sur notre planète ou encore celle qui fait l'expérience d'une sortie hors du corps se rend surtout compte qu'il doit par sa découverte remettre totalement en cause tout ce qu'il a appris.
Tous les fondements de son savoir, toute la stabilité de son monde matérielle et scientifiquement assuré s'écroulent et avec eux sa propre perception de sa place dans l'univers.
C'est pour cela que l'alchimiste va obligatoirement changer et évoluer car il vit un véritable choc "ontologique" qui va lui faire remettre en cause l'ensemble de ses valeurs.
L'alchimiste qui a réussi car les autres ne changeront malheureusement pas, faute d'avoir compris.

Beaucoup se sont usés à la tâche et ont surtout appris la patience, la persévérance.
Ceux qui ont réussi sont maîtres des trois vertus théologales : la foi, l'espérance et la charité.
Mais jamais ils n'atteindront l'Oeuvre seuls et sans l'aide de la providence tant invoquée et qui les guidera vers le but ultime de leur quête.
Avatar de l’utilisateur
christian attard
 
Messages: 209
Inscrit le: Sam 06 Déc 2008 12:13
Localisation: Gragnague (31)

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar La Roche Aux Loups » Jeu 19 Nov 2009 00:06

Savoir désapprendre… pour mieux ressentir.

Comme se dégager d'une mue pour avancer. Mais je pense qu'on peut comprendre cela sans nécessairement en passer par l'expérience choc d'une sortie hors du corps :shock: . C'est p'tête même l'idéal…

Franck.
La Roche Aux Loups
 
Messages: 427
Inscrit le: Mar 20 Jan 2009 16:51
Localisation: Paris

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar christian attard » Jeu 19 Nov 2009 16:29

Exactement Franck ! et bien sûr il n'est pas "obligatoire" de passer par une expérience EMI, NDE, sortie du corps, rencontre ou même creuset pour comprendre.
Mais la compréhension est une chose, le vécu une autre.
La différence entre le virtuel et le réel.
L'alchimiste pourrait se contenter de savoir ou de comprendre l'Oeuvre mais alors il ne vivrait pas intensément le bouleversement total, il ne ferait que le comprendre.
Aussi doit-il se confronter à la matière et voir l’Oeuvre naître de son travail. Essayer alors d’expliquer ce qu’il a fait lui sera impossible avec le support de notre connaissance actuelle et il va profondément s’ouvrir à une autre conception du monde, il aura totalement changé.
A cela se reconnaît le véritable alchimiste car il n’est plus de ce monde. Non pas comme le croient naïvement ce qui pensent qu’il va changer de corps ! Mais parce que mentalement il vivra en ce monde et en même temps hors de lui. Il donnera certes le change tous les jours mais il ne sera plus jamais le même.
Avatar de l’utilisateur
christian attard
 
Messages: 209
Inscrit le: Sam 06 Déc 2008 12:13
Localisation: Gragnague (31)

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar La Roche Aux Loups » Sam 21 Nov 2009 22:31

La différence entre virtuel et réel, c'est tout le débat/combat intérieur que j'ai en ce moment, ainsi qu'avec mon autre comparse loup. Faire des choses concrètes (donc les vivre) ou juste relier virtuellement ou avoir une connaissance livresque ou théorique. Cette dernière ne fait pas tout, c'est clair. Je dirais même qu'elle ne fait rien en soi, même si elle est une guidance.
On en revient toujours z'au même: vivre son expérience de vie plutôt qu'essayer de la ressentir par procuration ou une accumulation de connaissance. Ou juste comprendre par une vue de l'esprit.

Perso, j'ai pas trop envie de sortir de mon corps pour "voir". Mais l'autre jour encore, en m'endormant (sur un livre de TG mais c'est parce-qu'il était tard :P ), j'ai eu, comme régulièrement dans ces moments de fatigue et de relâche, cette sensation de paralysie mais cette fois avec une sensation très forte de surchauffe, à tel point que, à moitié dans le monde du sommeil mais encore tout à fait conscient, je croyais réellement être en train de brûler! Je me suis fait un peu peur… :shock: C'est lors de ce genre de sensations très puissantes que je me dis que si je ne reprend pas un tout petit peu le contrôle (là je parle de contrôle physique car ma volonté consciente est réellement "dépossédée" de sa main mise sur mon enveloppe), eh bien je sens que je peux "partir" très loin. Alors, je commence à remuer frénétiquement le bout du gros orteil (car il n'y a que cette partie qui "m'obéit", le reste du corps étant totalement inhibé dans la position où je l'ai laissé avant de "glisser", comme un gros gisant de pierre), puis je sens que je reprend péniblement le contrôle, cm par cm. Ensuite, je m'extirpe de cet état de "fatigue aggravée", très agréable, certes, mais dont je ne connais pas l'issue. Je change de position et hop, fini.

Ceci dit, les rares fois où j'ai voulu me laisser "emporter" sans combattre çà n'a jamais rien donné, je suis toujours revenu. Donc c'est clair que le voyage astral, pour moi, ce ne sont pas des sornettes mais je ne peux rien en raconter car je me "bagarre" à chaque fois pour ne pas sombrer dans quelque abîme d'où je ne pourrais pas revenir. Et puis en général, çà me prend sans prévenir, c'est totalement indépendant de ma volonté. Çà m'est déja arrivé au travail!

Voir ce qu'il y a "derrière", çà m'arrivera bien assez tôt…

Sur ce, bonne nuit à tous :lol: !

Franck.
La Roche Aux Loups
 
Messages: 427
Inscrit le: Mar 20 Jan 2009 16:51
Localisation: Paris

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar Richard Khaitzine » Dim 22 Nov 2009 12:41

Bonjour à Tous,
Que certains veuillent me classifier uniquement comme théoriciens, en sous-entendant que j'ignore tout de la pratique serait de peu d'importance. En revanche faire fi des écrits fulcanéliens ( serait-ce parce qu'ils se montrent dérangeants pour les "opératifs"?)est particulièrement gonflé... et je pèse mes mots.
Effectivement l'auteur des "Fulcanelli" -quelle que soit son identité" - outre qu'il a renvoyé le four, fourneau ou autre Athanor, au magasin de l'accessoire, dans son chapitre titré le "laboratoire légendaire", s'est montré encore plus explicite à différentes reprises. " Athanor, mot par lequel les alchimistes signalent le fourneau philosophique... Mais l'Athanor, demeure du feu mystérieux, se réclame d'une conception moins vulgaire... Par ce four secret... il nous paraît plus conforme à l'ésotérisme hermétique d'entendre la substance préparée - amalgamme ou rebis - servant de matrice au noyau central où sommeillent ces facultés latentes que le feu commun va bientôt rendre actives..." (Demeures... tome II, page 157 et suivantes)
Or Fulcanelli ne saurait être opposé à ses devanciers, contrairement à ce que d'aucuns se plaisent à prétendre. La preuve... " Ceux qui veulent faire notre oeuvre par digestions, par distillations vulgaires et par sublimation semblables et d'autres par triturations; tous ceux-là sont hors du bon chemin, en grande erreur et peine, et privez de jamais y parvenir, pource que tous ces noms, et mots, et manières d'opérer, sont noms, mots et manières métaphoriques" Jacques Tesson Le Grand et excellent Oeuvre des Sages...
Vous préférez l'avis de Cosmopolite? " Si Hermès, le Père des philosophes, ressuscitoit aujourd'hui avec le subtil Geber, le profond Raymond Lulle, ils ne seroient pas regardés comme des Philosophes par nos chymistes vulgaires qui ne daigneroient presque pas les mettre au nombre de leurs disciples, parce qu'ils ignoreroient la manière de s'y prendre pour procéder à toutes ces distillations, ces circulations ces calcinations, et toutes ces opérations innombrables que nos chymistes vulgaires ont inventées, pour avoir mal entendu les écrits allégoriques de ces Philosophes" (Nouvelle Lumière chymique).
Tout bien pesé, je devrais me sentir honoré de me retrouver aux côtés de ces hommes de qualité, puisque que, comme eux, je n'entends rien à ces pratiques qui relèvent de l'archimie et de la spagyrie
Mais, naturellement, ce que j'en dis n'engage que ma propre capacité à lire les textes, car contrairement à ceux qui ne doutent jamais de leurs certitudes, je suis enclin, par nature, à douter de tout... y compris de mes incertitudes.
Bien humblement,
Richard K.
Richard Khaitzine
 
Messages: 111
Inscrit le: Jeu 31 Jan 2008 13:11

Re: Nuit avec Patrick Burensteinas

Messagepar christian attard » Dim 22 Nov 2009 19:00

Bonsoir à tous, Bonsoir Franck et Richard,

Supposant que celui qui fait fi des écrits fulcanéliens et qui donc est particulièrement "gonflé", c'est moi... Supposition renforcée par l'écho du "humblement" répondant à mon "humble avis".
Je dois donc m'expliquer plus avant.
Tout d'abord, je ne souscris pas à une quelconque classification de théoricien ou de praticien car n'en sachant rien, je me garderai bien de commentaires.
Par contre, je ne crois pas qu'il soit défendu de donner son avis sur le personnage ou les écrits de l'entité Fulcanelli, il n'y a là aucune chasse gardée, du moins, je l'espère !
Certes, l'Athanor est une image et en cela Fulcanelli avait raison, mais fallait-il clairement le dire ? Comme faut-il aujourd'hui clairement affirmer que la matière première de l'alchimiste est ceci ou cela. Je pense que non.
Le respect d'une certaine tradition voulait autrefois que ces sujets soient abordés avec art, sous le couvert d'allégories, de symboles et non ouvertement.
Tout cela était d'abord beaucoup plus beau et contribuait ensuite au nécessaire travail de questionnements, de maturation et de recherches du disciple.
Ce n'est plus le cas aujourd'hui et c'est bien dommage car cette tradition était fort belle, emprunte d’un merveilleux qui tend à disparaître.

Ensuite, je regrette de ne pas avoir eu le temps d'aborder plus avant le montage Fulcanelli au cours de mon passage sur IDFM le 12 novembre. Fulcanelli n'est qu'une reprise de textes empruntés à d'autres auteurs bien plus brillants et savants que ne le furent jamais leurs compilateurs.
Jamais "le groupe Fulcanelli" n'a eu la possibilité d'arriver au bout de l'Oeuvre.
Canseliet a eu l'honnêteté de le reconnaître, lui qui était le "seul disciple" du soi-disant maître, il n'eut jamais la Pierre (écoutez son passage devant Chancel, par exemple). Fulcanelli fut donc incapable de mener à la Pierre son pauvre Eugène !!
Pourquoi donc ?? En était-il indigne ? Lui, le plus fidèle et le plus dévoué des disciples ou bien ni pseudo maître, ni véritable disciple n’arrivèrent à comprendre l’œuvre ?
Chacun peut choisir sa réponse à cette interrogation.
Mon choix est fait !
Mais, c'est mon choix et je n'ai pas la prétention de l'imposer à quiconque. Je donne simplement mon avis de lecteur.
C'est pour cela que je préfère et de loin les textes des anciens, tous remerciaient la Divine providence de les avoir secourus, tous reconnaissaient être arrivés au bout de l'Oeuvre d'une manière ou d'une autre. Ce n'est étrangement pas le cas dans les textes de Fulcanelli.
Mais on ne peut dénier à Fulcanelli d’avoir relancé l’intérêt des hermétistes pour la Science sacrée, alors il faut, il convient de pardonner…

Toujours à mon humble avis,
Christian A.
Avatar de l’utilisateur
christian attard
 
Messages: 209
Inscrit le: Sam 06 Déc 2008 12:13
Localisation: Gragnague (31)

PrécédentSuivant

Retour vers Hermétisme & Alchimie & Demeures philosophales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron