Emission Richard Khaitzine Franck Ferrandis

Re: Emission Richard Khaitzine Franck Ferrandis

Messagepar Richard Khaitzine » Lun 14 Déc 2009 15:56

Bonjour à toutes et tous,

A propos d'épée, qui se souvient de l'expression, tombée en désuétude, consistant à dire de quelqu'un "C'est une épée". Contrairement à ce qu'indique le Robert, il ne s'agit pas d'un individu maniant plus ou moins bien cette arme, mais de quelqu'un de valeur. Fine lame? Peut-être. L'âme fine... sûrement!
Amitié
Richard
Richard Khaitzine
 
Messages: 111
Inscrit le: Jeu 31 Jan 2008 13:11

Re: Emission Richard Khaitzine Franck Ferrandis

Messagepar anaël » Lun 14 Déc 2009 19:10

Peut-être aussi que si certaines expressions tombent en désuétude, c'est parce qu'on ne trouve plus d'occasions pour les employer.

En tous cas, merci pour l'explication.

En toute bonhommie.
AA
anaël
 
Messages: 111
Inscrit le: Ven 08 Mai 2009 09:18

SPIRITUS RECTOR, MAGISTER VECTOR

Messagepar Inari_San » Sam 26 Déc 2009 11:54

Bonjour à toutes et à tous,
Bonjour Maître Richard,
Bonjour Anaël,


De l'âme pensante comme Verbe..
. je suis gêné les amis, je n'ai hélas pas la sagesse qu'on me prête, ainsi en va t-il souvent du médiateur de l'intelligence agente (du moins au début avant de devoir se faire très discret pour son salut). Anaël comment voir autrement ces séries d'hexagrammes du Yi King revenant de tirage en tirage que tu évoquais tantôt à raison : que serait-ce sinon l'instance de vivre son « mythe personnel » comme si nous étions archétypes incarnés...

Un temps libéré des contingences de la société, et n'ayant pas encore fait place nette pour l'essentiel, c'est autour d'autres sujets que je souhaitais partager aujourd'hui.


DE L'ÉLÉVATION PAR LA GÉOMÉTRIE

C'est une lapalissade, "Les Marchés", consacrant le pouvoir de la matérialité dans l'idéologie du "Tout et tous marchandise", veulent imposer la vision d'un être unidimensionnel, dressé par les oligarchies en sujet consommateur/vendeur, « exibiteur » frustré où le désir d'avoir remplace l'Être.

C'est le monde de l'homme-robot, tant dénoncé par les séries animées de Matsumoto Leiji, réduisant cette "machine-humaine" à sa fonction stricte de travail et de revenus financiers à capter. C'est la plongée dans un monde schizo-paranoïde, nommé "analo-esclavagiste" par la clinique jungienne, où l'altérité n'est pas encore vue comme telle, mais comme pur objet de projection, de captation et d'utilisation (stade esclavagiste). Gens et biens sont donc ravalés au même rang.

Mais c'est oublier que l'homme n'est pas un travailleur mais un créateur, encore faut-il développer et élever chez lui cette faculté potentielle.

C'est l'ambition de nos métiers. Les outils de traçage, des règles, un compas, un support vierge en sont la base matérielle pour l'étudiant.

À ceux-ci s'ajoutent des exercices tant pour le corps que l'esprit afin de faire découvrir à travers la pratique de l'art, à la conquête du subtile, ce qui fait le meilleur et le génie de l'être humain : l'âme, gagnée tout d'abord par la dextérité sinon la virtuosité dans ce dialogue ou trilogue. Car ne nous y trompons pas pas, l'enjeu est bien ici d'amorcer la bi-réflexivité active (telle que la définie le docteur et psychanalyste Pierre Solié), d'instaurer le paradigme de la logique tétravalente.

Ainsi lors du premier trimestre s'échelonneront des problèmes ou casse-tête géométriques chronométrés (les agroglyphes en sont une illustration) en classe préparatoire. C'est un vaste programme où l'on aborde notamment les Divines proportions et autres suites de Fibonacci.

L'étudiant y percevra la totalité des formes pour les édifications futures
(ce qui ne veux pas dire qu'il en appréhendera toutes les perspectives) puis les cours glisseront vers la matérialisation de symboles (ramenant chacun dans son énergie propre à l'Archétype) ; l'objectif après cette exposition étant de ne pas cliver pas sur une métaphysique d'une Géométrie sacrée, mais d'aller plus loin dans la découverte en les utilisant dans des compositions.

Je laisse ici mon lecteur occasionnel développer sa réflexion par l'écoute du très respecté Maître Enlumineur Jean-Luc Leguay dans son "Tracé du Maître" (éd. Dervy), vers cette Quête du Plan Divin, en cette construction géométrique voilée que vous verrez partout en tous lieux une fois épiphanisée en vous.

C'est à cette métaphysique de la construction cachée, à faire sienne, à rebâtir pierre après pierre, que la série "Hikaru no Go" nous propose. Orienté par son Daïmon, Spiritus rector, personnalisé par le fantôme de Maître Fujiwara Saï ("pour" en tant qu'agent), le jeu de Go (homonyme de "5", ce "penta") du jeune Hikaru (proche de "briller" en japonais comme ses cheveux d'or) tendra vers le "Coup Divin"...

Hikaru no Go, extrait de la dernière partie de l'épisode 5, nommé « Un pressentiment d'éveil » :
http://www.youtube.com/watch?v=o5xWQ2G5 ... re=related


SPIRITUS RECTOR, MAGISTER VECTOR & SOLEILS ENTÉNÉBRÉS

(Ainsi) La production d'images est un processus livré aux forces de génération internes et externe à l'être.

On parle souvent d'obscurs édificateurs de « symboles impies » aux services des sombres desseins des oligarchies.

C'est oublier que le personnage exigeant, artiste des et du livre, aime à transmettre sa perception de la Lumière en une hypostase du logos, car elle se doit d'avoir un contenu pour devenir intelligible.

Ainsi l'Esprit souffle sur l'autre bord (en un spiritus rector, chacun a le sien) - je ne parle pas du Songe, plus dense dans son épiphanie -.

C'est la conversion de la Lumière vers une lucidité par le corps subtile céleste, cet Angelos, cette surexistence de l'âme ; conduite ascendante, de degrés en degrés, aux horizons de résurrection visant à la parousie (Magister Vector), tout d'abord en un Dodécaèdre.

C'est le jeu des miroirs et des angles, non celui d'une simple géométrie sacrée ou dorée (matière métaphysique, livrée à tous les étudiants d'arts), mais comme Chemin conduisant à la Luminosité.

C'est le Iaïdo (voie et pratique du sabre) qui nous donne la clé du bon kata :

sans le bon angle, pas de position et d'impulsion possible permettant le déplacement suivant.

Et ainsi de suite de mouvement en mouvement, en un vecteur continu, tous les angles réunis traçant le cercle de l'UN (1) en un déplacement de la profondeur, « continuum liturgique » ; presque une métahistoire - Ki, Ken, Tai : Ichi / Chi, Sabre, Esprit : 1 (2)...

Il faut tendre vers cela pour que la Lumière passe. Le pur geste paraît simple, voire anodin, mais vous l'aurez compris ce sont des années et des années de pratique. C'est un travail constant (opératif-spéculatif) livré au Tiers inclus.

Ainsi, nous entrons dans une réalité dont la signification est essentiellement symbolique (ce pont)(3), où passé un certain seuil, l'œil écoute les polyphonies où dominent le violet, bleu, les ocres du soleil levant mêlés au vert tendre de la conjonction, créant un lien entre inspiration, Souffle et transfiguration.

C'est l'attache noble de l'Artiste vers la plus vaste des bibliothèques. C'est sa règle et sa balance d'or.

Quant à cette majorité qui est encore objet aux jeux des soleils noirs, des patterns primordiales de la clinique jungienne, elle créait d'un mépris aveugle, d'une insouciante ignorance avec pour ainsi dire ce qu'on lui a mis dans les mains à l'école : l'architecture dorée et le dictionnaire des symboles, sans en percevoir la portée néopythagoricienne, néoplatonicienne, Gnostique à l'horizon d'intelligences primordiales, tel le "shamanisme".

Elle est servante inconsciente de l'Ìblîs-Ahriman, livrée à l'ombre, cette "contre-puissance", retranchée à ses vocables d'inspirations nocturnes (comme nous le présente le classement isotopique des images de Gilbert Durand), dictée par les exigences de la toute apparence (comme décrites par Pierre Solié dans son ouvrage sur "Le Sacrifice" -rendre saint- "fondateur de civilisation et d'individuation").

Elle défini l'Ensemble de ces êtres investissant le "côté obscur" de la force (je les mets tous dans le même sac, c'est plus simple), tout encore enténébrés au seuil de leur nuit intérieure (pas encore projeté en Imaginal donc !), livré au tiers exclus de la raison et ne pouvant ni réellement faire siens ou sens.

La profondeur numineuse n'y est pas, Il n'y a ici que productions d'imaginatio fantasia oralo-anale ou générations d'allégories. Voilà ce qui prédomine, Kénôme oblige. Je n'évoquerai pas ces artistes investissant dans une antique goēteia (γοητεία) sans tenir compte des observations salvatrices d’Apollonius de Tyane dans son NUCTEMERON(4)...

L’Artiste, devenu Chevalier lumineux céleste, doit-il descendre même dans les sphères inorganiques et vaincre la mort et l’illusion avec les armes qu'il se sera forgé. Dans la série "Saint Seya", Le Chevalier de la Balance, auréaulé de son Corps de Gloire lumineux et doré portant les 12 armes du Zodiaque en est une illustration des possibles (Arc et Flèches, Lance, Épées, Boucliers, etc). Il faudra que je vous explicite la Charge métaphysique de chaque arme.

Il est à noter qu'en japonais "Chevalier d'Or" se traduit par "Gold Saint".


(1) cet enroulant enroulé.
(2) le monde visible « symbolise » avec le monde invisible
(3) c'est presque un théorème poétique
(4) 12 heures de descente, où comme dans la série animée des "Chevalier du Zodiaque" Hadès, il se faudra montrer "Guerrier impeccable" capable de faire de tout acte son dernier, c.a.d. capable de mourir à chaque instant, sans peur et sans reproche donc. Apaisé à l'image de Shaka, Chevalier d'Or de la Vierge, passant tel l'Adepte dans la Profondeur de son vivant.




LE LIVRE DES 7 STATUES & L'INTUITION DU GÉOMÈTRE

Puisque la Terre est actuellement dans une conjonction toute particulière, pourquoi ne pas investir dans la lecture d'Apollonius de Tyane commenté par Jaldakî et traduit par Maître Henry CORBIN (j'aime autant en discuter avec mes ancien étudiants que des textes de Zosisme de Panapolis ou de « l'âme tigrée » de Gilbert Durand, incontournable je vous dis !).

Je laisse un peu le Mystère de cet ouvrage capital, que je pourrais aborder dans un post à son seul usage, pour me concentrer sur une question qui n'a peut-être pas de sens mais des angles :

Mais qu'est-ce qui « défini » ou « constitue » cette Lumière Célestielle ?

L'intuition du géomètre se base sur une métaphore de la Nature Ultime de l'Énergie-information au deçà de la ¨limite de Planck¨ :

c'est un rapport d'angle par rapport aux potentialités environnantes qui défini Tous les aspects de l'Univers. En cet en deçà, le concept de points géométriques ou mathématiques est une abstraction sans réalité physique profonde. Peut-être faut-il symboliser par le terme « points » latents de Connaissance en conjonction, réseau et Source d'ordre multidimensionnelle...

Reposant sur une variation d'angle et de transmissions d'informations (définissant magnitudes, sens des vecteurs, forces, temps, masses, etc) si nous conservons cette notion de « point » il faut bien comprendre qu'indépendamment un « point » tout seul n'a pas de sens : pour dialoguer il faut toute une Corde vibrante, une Chaîne d''ondulation. Elle n'a pas d'existence intrinsèque, elle n'existe que par le support de ces « points » reliés au minimum deux à deux et en interaction avec l'Ensemble. Le Réel est autoporteur...

Quoiqu'il en soit, une fois épiphanisée cette vision de ces « briques » du Réel on peut laisser vos outils de traçage dans votre tiroir pour passer à d'autres.

Amicalement
Inari Sama/Franck Ferrandis
Pièces jointes
constructions_basiques_01.gif
Mis à part pour Gorgiano Bruno, la recherche métaphysique autour de la géométrie sacrée est un saint divertissement : jouez à retrouver pentagramme, Tétractys, énnéagramme et autres vecteurs sources ou de déploiement. Un sport ouvert à tous les débutants. Anecdote au sujet d'animés modernes de Hairlock : Matsumoto Leiji aurait refusé la diffusion d'une série car des protagonistes ne portaient pas la stricte figure géométrique dont il avait décidé lors du character design.
constructions_basiques_01.gif (58.9 Kio) Consulté 449 fois
Figurines_Saints.gif
Magie du merchandising et instance du Sacré se rejoignent à la manière des petits bronzes antiques à usage domestique dans les villas : le Chevalier Céleste de la Balance porteur et gardien des 12 armes des Chevaliers d'Or du Zodiaques, et, Saint Seya Pegasus (fidèle d'Amour à la Sophia Athéna), porteur de l'armure éclatante de Lumière blanche, dernier stade du Sagitaire, ce messager, cet Angelos devenu Archange.

Pacte de sang scellé grâce à l'« l'Energist » (représentée spiralée autour du nombre d'or comme un objet de la nature), ce cœur de dragon, incrudé dans l'Escarboucle d'Escaflowne (Nom occidental pour cet exosquellette volant sous la forme d'un dragon, avant sa transformation suite à l'union parfaite avec Van Fanel) pour lui donner vie. Dans sa forme il s'agit ici de la Pierre Extrême-Orientale, ce qui sous entend qu'il en existe de type purement formel de géométrie Occidentale, portée sur la droite d'une armure « féminine » (Scherazade, nom oriental). C'est le jeu des doubles complémentaires en échos en Mundus Imaginalis, il en va ainsi de tous les stades de la Pierre dans cette œuvre animée, mis tous visibles (en clair donc) sur le même plan... Amusant.
Figurines_Saints.gif (62.52 Kio) Consulté 449 fois
Divers_Solides_iso-Dodecaed.gif
Je dois vous apprendre que Icosaèdre & Dodécaèdre sont des figures dont le mouvement sont souvent représentés par les étudiants de classe préparatoire.

Il est à signaler que certains d'entre eux pensent que l'étoile tétraédrique posséderait sous certaines conditions de point de vue des caractéristiques proches, voire même s'aventurent à recouvrir un dodécaèdre d'une calotte icosaédrale (à ne pas confondre avec le précieux icosaméron, comptant bien plus qu'un Rebis) et s'ingénuent dans des comptes de facettes et de pointes...

À ces réflexions, je préfère le visionnage complet de la série animée « Alexander » de Peter Chung, les avertissements aux « jeunes attrape-sciences » de Savinien Cyrano de Bergerac dans ses « États et Empires du Soleil », si vous possédez une édition de poche bien composée, folio 212-214 devraient vous donner un bon 5à7 spiritualisé bien entendu (à cette occasion regardez la Fable ontologique & musicale de la page 134 du style "Newlands octaves"). Sonorité & Géométrie dans un processus dynamique.

D'ailleurs, comment ne pas citer par syllogisme une autre fable : celle des polarités du centriole chrystalin dans l'édification de la cellule, qui pourrait-être associé à quelques atomes de krypton formant en écho un diffuseur de la lumière divine.
Divers_Solides_iso-Dodecaed.gif (51.87 Kio) Consulté 449 fois
Avatar de l’utilisateur
Inari_San
 
Messages: 79
Inscrit le: Dim 05 Juil 2009 09:50

Re: Emission Richard Khaitzine Franck Ferrandis

Messagepar anaël » Sam 26 Déc 2009 14:22

Hello Franck,

Je note (après visionnage du manga-go) que je t'ai trouvé une ressemblance avec le dernier joueur...

Après avoir lu ce que tu décris concernant la relation "Pégase - athéna", point qui m'a beaucoup touché, j'en viens à me demander, (car cette série est tellement bien faite que j'imagine qu'il est difficile d'échapper au processus suivant) :

A qui t'es tu le plus identifié ?
anaël
 
Messages: 111
Inscrit le: Ven 08 Mai 2009 09:18

Re: Emission Richard Khaitzine Franck Ferrandis

Messagepar anaël » Sam 26 Déc 2009 14:35

PS : au sujet des figures géométriques... il y en a une qui souvent n'est même pas sorti du placard. Pourtant elle est conséquente.

C'est celle des douzes liens interdépendants décrivant la chaîne inexorable des causes et conditions pour le renaissance, l'existence, et le passage à l'incarnation suivante.
On la trouve sous forme imagé dans "la roue des existences".

Yama (le temps-saturne ?), sous forme d'une tortue cosmique la tient entre deux de ses dents. Puis dans la bordure extérieure sont exposés les douze processus, copulation, singe dans l'arbre, vieillesse, etc...
vient ensuite les mondes-plans d'incarnation : animal, humain, dieux, demi dieux-asuras, enfer, esprits avides, avec dans chacun de ces mondes un bouddha enseignant avec des symboles aptes a éclairer les êtres en fonction de la sphère d'existence dans laquelle ils se trouvent.

Au cœur de ce cercle(-sphère ?), se trouve le cochon courant derrière le coq courant derrière le serpent, lui même courant derrière le cochon.
Ceci est l'image des trois poisons. Ignorance-désir-aversion

Il existe une pratique méditative qui consiste à méditer devant un os. En suivant -à rebours- les douze liens interdépendants et en l'appliquant à tout ce qu'à traversé cet os pour en arriver à l'état d'os, on en arrive à la prise de conscience, CONCRETE, du processus, qui nous amène à ... lâcher l'affaire.

Aussi loin qu'il y a de l'espace,
il y a des êtres,
Aussi loin qu'il y a des êtres,
il y a des émotions,
et aussi loin qu'il y a des émotions,
il y a de la souffrance... qu'ils disent, et peut-être à raison.
anaël
 
Messages: 111
Inscrit le: Ven 08 Mai 2009 09:18

POST SUPER EXPRESS

Messagepar Inari_San » Lun 28 Déc 2009 01:44

Message Express

Bonsoir à toutes et tous,
Bonsoir Anaël,
Bonsoir Vincent
(Natacha t'a t-elle donné notre cadeau commun ?),


Je reviens d'une journée et demi en province visiter une amie Philosophe. Un étang, les reliefs du ciel, le silence s'y irise comme si toute eau avait quelque chose à nous apprendre.

J'ai jeté un coup d'œil par la fenêtre de son atelier. Le souvenir est au présent, sur son bureau trône toujours ce vieux dodécaèdre étoilé en bois, là où jadis les mots ont pris corps et chair. Juste à la place du fourneau, sous de lourdes étoffes un jeu de prismes, je vois dépasser un chapelet bleu de petits dodécaèdres (cela ne s'invente pas).

L'ombre y semble y tourner en comptine là même où jadis mon âme y jouait en jeu de l'oie. Puis la mémoire embrase le cœur, et je revois ces premières lumières que j'aie tant aimées, ces paroles qui décidèrent peut-être de ma vie et qui ne sont plus que cendres et charbons.

Je me retourne, elle tient l'un de mes anciens carnets, l'ouvre au hasard et lit cet extrait de poème :

« Mais as-tu su mêler à ta couleur Une sorte de sable qui du ciel Accueille l'étincellement dans la matière. Là où c'était le hasard qui parlait dans les éboulements et dans les nuées, Tu as vaincu, d'un début de musique, La forme qui se clôt dans toute vie. »

« Tu écoutes le bruit d'abeilles des choses claires, Son gonflement parfois, cet absolu Qui vibre dans le pré parmi les ombres, Et tu le laisses vivre en toi, et tu allèges De n'être plus ainsi hâte ni peur ... Cueille pour rien la fleur pour qu'elle respire dans cet éternel été.»

« ...Mais maintenant, Que la rosée de la nuit se condense et coule sur l'image. Terre dans le miroir, ...et le Soleil ourlait ta nuque nue d'une buée rouge ».

...

Ah Anaël, de l'utilité d'une Soror Mystica...

Comme tu peux le voir ta très pertinente et profonde remarque sur des douze liens interdépendants décrivant la chaîne inexorable des causes & conditions aura fait écho en moi...

Quant à moi, par courtoisie envers nos éventuels lecteurs de passage en ces lieux, me dois-je moi aussi d'offrir (même si je ne ferai ici qu'un rapide passage) un tout petit coin de voile levé en respectant la continuité des thèmes précédemment abordés.

...

PRAKASHA SHILPA, UNE AUTRE GRILLE DE LECTURE

En classe préparatoire nous formons tant de futurs designers graphiques que des architectes. Il y a donc une double exigence du tronc commun.

Me basant sur des travaux de l'Université de Princeton (éditrice de la Gnose des "Journées de rencontres interdisciplinaires d'Eranos" d'Ascona), j'avais jadis exposé les grandes lignes du « Prakasha Shilpa », un précieux traité hindoux d'architecture - car c'est l'un des seuls qui nous soit parvenu - datant du XIe siècle (donc explicitement tantrique) à l'usage tant des artistes que des architectes.

Pour les anciens, tous édifices édifiés en résonance énergétique se devaient être « porte des étoiles » et Cosmogonie représentée. Mantras et Yantras s'y déploient donc.

Pas de panique, je ne vais pas me lancer dans un cours, je souhaite juste vous indiquer que cela existe (puisque l'on m'a posé la question). D'autre part, faire écho « à la banane tantrique » comme principia dont parle mon complice Anaël dans son blog. Ceci à sa charge métaphysique...

Ainsi non loin entre des grands temples de Bhuvaneshvar et Puri, dans les édifices de Varaahii et Chauraasi (ce sont les exemples d'école) vous retrouverez les thématiques qu'Anaël évoque en plus des traditionnels couples tantriques (ce 1+1 = l'UN de la Réintégration, ce Rebis...).

Je suis donc venu vous apporter autre une grille de lecture (ici kamakala-yantra, yogini-yantra & vastupurusa-mandala), dédiée ici aux temples indiens du Xe siècle, s'inscrivant notamment encore autour des chiffres 8 & 9 et de leurs multiples comme le veut la tradition tantrique.

Il s'agit d'autant de supports de médiation avec le Sacré, c.a.d. de méditation.

...

DE L'ARCHÉTYPIE ?

« Hikaru no Go » expose trois portraits de joueur :

- « l'enfant divin », ayant tous les dons solaires et donc portant cheveux d'or,
- l'érudit, dédié à Seth aux cheveux Bleus ou Gris,
- enfin le joueur instinctif aux cheveux Rouge et au tempérament de feu.

Comme je suis rentré tard et dois travailler dans quelques heures, je m'arrêterai ici.

Pour conclure, quant à ma manière de jouer au Go, elle est similaire à celle d'Hikaru : en démurge construire...
Je m'esquive, certes, car ta question Anaël est d'une incroyable pertinence et je manque d'espace/temps pour y répondre maintenant...


Amicalement
PS : le petit schéma à droite de ce document que tu connais fait parti d'une parti de l'explicitation
http://etoilesducoeur.free.fr/edc/part/ ... images.jpg
Pièces jointes
Symboles_Bouddhistes_Tibet.jpg
Roue de la Vie et autres symboles
Symboles_Bouddhistes_Tibet.jpg (58.67 Kio) Consulté 392 fois
Grilles-de-const_temple&sculpt.gif
Géométries pour édification de temples et imageries
Grilles-de-const_temple&sculpt.gif (62.45 Kio) Consulté 401 fois
Avatar de l’utilisateur
Inari_San
 
Messages: 79
Inscrit le: Dim 05 Juil 2009 09:50

Re: Emission Richard Khaitzine Franck Ferrandis

Messagepar anaël » Mer 30 Déc 2009 15:56

Je ne vous félicite pas Monsieur Inari San,

A cause de vous, je suis à la peine, car dans l'obligation de me farcir l'intégrale de Hikaru no Go (puisque j'ai commencé !)

De là j'en suis venu à m'inscrire (comme ils le conseillent dans un des épisodes) sur internet, et depuis je me fais laminer aussi souvent que correctement par toute la planète. Mon niveau au Go va sensiblement augmenter, car je découvre que j'ai une bonne marge de progression. Ils me les font toutes : la dernière en date est un encerclement 91/31.
J'en ai encore mal, mais pas honte, puisque je le raconte.

PS : n'oubliez pas que vous n'avez point fini de me répondre.

PPS : vous connaissez la blague de la mami qui tape dans le dos de son mari en lui disant : ahhh, mon vieux complice...

Et lui de lui répondre... oui, tiens d'ailleurs qu'est-ce qu'il peut bien lui répondre ?

Et ce n'est pas HS puisque vos dernières illustrations postés ici-même, derrière des apparences architecturales étaient terriblement explicites.
anaël
 
Messages: 111
Inscrit le: Ven 08 Mai 2009 09:18

Interlude jungien entre Post Privé & lettre ouverte

Messagepar Inari_San » Dim 03 Jan 2010 01:56

Bonne année à toutes et à tous,
Tous mes respects à Sensei Christiane,
Tous mes vœux au tranchant Jean-Marc,
Toutes mes salutations à Maître OcM (Véritable Mousquetaire & Philosophe, expert en jeu de Go),
Compagnons et nouveaux lecteurs de cette rubrique.

(re)Bonjour Anaël,

L'Alchimie n'est jamais très loin (aurum nostrum non est aurum vulgi), cependant aujourd'hui comme tu le demandais, nous parlerons mécanique interne du récit ; une sorte d'immense note de bas de page.

...

Il y a beaucoup à lire entre les lignes de la géométrie sacrée, notamment que le corps en est un autre. Le corps est donc un temple, il fallait passer par là, mais que nous signifie t-il dans ce contexte tantrique (archétypo-anal) ?

Il rend manifeste deux grands principes :

- le logos hystéricos (l'intuitif, suggérant l'ombre lumineuse des dieux, l'ordre & l'ode de l'UN sous-jascent et en train de se déployer),

- et logos spermaticos (analyse l'arrangement dans la matière et part là la fertilise en rendant manifeste les forces cachées).


C'est aussi l'image du Double dans la description jungienne de Pierre Solié(1) évoluant dans sa dynamique psycho-spirituelle de représentation en représentation.

En bref, dans cette grande improvisation on ne peux déroger à quelques lois de logique de processus d'enchaînement (c'est Sophia qui nous l'impose) : il me faudrait exposer la notion de Grande Mère et ensuite seulement le concept d'Archétypie et de Récit mythologique pour être intelligible.

Chaque mouvement prépare le suivant. On peut cependant ici mettre la charrue avant ce qui la tracte, cette force poussant le héros.

Pas d'impascience donc, sinon peu je l'espère ; si j'étais parfait, hélas, je ne pourrais plus dire aucun mot en aucun lieu.

Regarde bien en arrière Anaël, tout est décidé au hasard des échanges, mais rien n'est montré fortuitement.

Tout poursuit son cours vers son Pôle même si j'aime à faire prendre, pour ma part, des chemins de traverse(2).

(1) « Dans la conception jungienne, le double est une figure de l’autre, qui se rapporte à l’ombre (« double obscur ») et au soi (« ami intérieur »). Pour Pierre Solié, c’est un archétype qui aurait été « oublié » par Jung et que le sujet doit apprendre à différencier au même titre que le complémentaire (animus ou anima). Son analyse des mythes d’Osiris-Isis et de Démeter-Coré permet de suivre l’évolution psycho-spirituelle de cet archétype : du double narcissique (imaginaire) au double individué (imaginal). En étroite corrélation avec le complémentaire, le double est défini par Pierre Solié comme le « principe fécondant » de l’homme (Logos spermaticos) et de la femme (Logos hystericos). » article par Aimé AGNEL - Cahiers jungiens de psychanalyse - n° 85 ~ 1996 : La dynamique de l'âme (Autour de Pierre Solié).

(2) Je reçois toujours au minimum deux ou trois courriels suite à mes posts, je remercie ici M. ayant pris possession avant-hier en lecture diagonale de «l'Icosaméron » narrant le mariage mystique des frères & soeurs Royaux au Centre de la Terre (où l'on advient par porosité, cette richesse), et ayant bien entendus les bons passages chantés sur la langue perdue, percuté sur la fabrication de la poudre pour pistolet et bien développé sur l'usage de l'imprimerie lors de la « 8e journée » (ce récit était en si haute estime par Casanova, qu'il devait, pensait-il à l'époque, lui apporter l'immortalité).

Je profite de cette occasion pour remercier tous ceux qui échangent dans le jeu de piste que je leur présente, de leur indulgence quand j'essaie de les égarer.



RAPPEL : LE HÉROS (du grec “protéger et servir”)
Attention ce qui suit est teinté de pensée jungienne...

Donc avant de parler de la « Grande Mère » en détail (cette Clé ! Les Philosophe en comprendrons l'utilité) et de son « fils/amant » (portrait typique du héros), rien n'interdit de brosser un portrait rapide du « héros classique » de récit animé, à condition d'indiquer au moins ceci : le Fils -ou la Fille- (archétype autonome) LA création de la Grande Déesse Mère, est à réintégrer, en ELLE, d'une manière ou d'une autre.

Car la Grande Mère perd son énergie dans la matière en constante entropie, Elle qui créa le Monde et ses créatures, Elle le Grand Inconscient. Comment peut s'opérer la réintégration salvatrice lui permettant de redevenir UN(différenciée), retournant ainsi au temps 1er avant le commencement des temps, seul processus lui permettant de réinjecter de l'énergie dans sa création en réintégrant sa propre énergie sinon par le Sacrifice :

- Dans le stade orale par le canibalisme (elle mange son Fils. Alors, la Grande Mère régénérée - les compteurs à nouveau au début des temps - pourra t-il ressortir de l'Enfer ventral 3 jours après).

- Dans le stade anal par la Hiérogamie (danse sacrée ou union charnelle de la prêtresse ou prostituée sacrée s'unissant au Roi ou au Grand Prêtre : un+un = UN...).

- Dans le stade génital, le Fils se sacrifie encore pour le monde (pour la régénérer son énergie doit rejoindre cette Grande Déesse Mère "Immaculée conception" -pas besoin de père puisqu'elle le créait ce principe masculin en même temps que le monde-) Il reviendra de l'univers des morts Glorifié 3 jours plus tard, grâce à la Compassion de sa Mère. Cette histoire ne vous rappelle rien avec un nommé Adonis, excusez-moi, Jésus..
.


De toute manière ces signes de la réintégration surviendront par l'inscription dans la Loi par la Loi des pulsion-archétyles propres au stade d'évolution noétique d'une civilisation. Ainsi une organisation pré-réflexive (orale-canibale) organisera selon des rites rigides l'absorption réelle de chair humaine (comme en Nouvelle Guinée).

Ces différentes pulsions archétypales (canibales & de découpage, esclavagistes & hiérogamique, de possession & de "compassionalité") se symboliseront, s'euphémiseront au cours du processus anagogique, mais seront toujours présentes. Il en va de même pour les individus.

Nous y reviendrons sans doute.


IL EXISTE CLASSIQUEMENT 4 STADES AU HÉROS :

Le Trickster, stade initial et rudimentaire du mythe héroïque.
Tout instincts, sans ambition et souvent enfantin il se confond avec le Puer aetermus (la figure de l’Enfant Divin). Un exemple célèbre : le jeune “Son Goku” dans la série “Dragon Balls”.

Le 2e stade du Héros est celui du fondateur de la culture humaine,
tel le Coyote dans la culture Navajo, Prométhée ou Ulysse chez les Grecs, Alcor héros de la série Mazinger Z ou le jeune Kino dans « Kino no Tabi.

Le 3e stade est l'homme-dieu très puissant.
Siddharta, fort de nature qui deviendra Bouddha par la lumière reçu au cours de son Voyage. Autres exemples : “Okuto no Ken” (Mana), “Shaka” des “Chevaliers du Zodiaque” ou "Saint Seya" devenu Archange à la conclusion de la série.

Le 4e stade du mythe héroïque est sous le signe des "jumeaux".
Ils abusent souvent de leur pouvoir, comme les héros Castor et pollux ou les Twins Winnebago. Les plus connus demeurent Romulus et Remus et les "Gémeaux" des “Chevaliers du Zodiaque” cédant, eux aussi, à la force démoniaque de l'hubris. Dans “Dragon Balls”, un namek se séparera en “Satan petit coeur” (Picolo) et “Tout Puissant”, créant ainsi des jumeaux bienveillant et démoniaque (figure incarnée par ombre et double infernal), symboles de la dualité Plérome/Kénome.

Il est remarquable de noter une compréhension et un attachement direct suscités par tous ces héros et leurs différentes émanations quelques soient leurs récepteurs. Ces descriptions forment des figures et des conjonctions significatives pour la psyché humaine. Nouveau paradigme, on notera avec attention le "sexe cérébral" des héros et leur "hyper-version" résultants des "Doubles de compensation" adjoint au complémentaires (Anima ou Animus)...


DES PERSONNAGES PROCHES COMME ÉMANATIONS DU HÉROS

On peut considérer les “figures archétypales” classiques comme les facettes du héros. Elles incarnent une facette psychologique, une fonction dans l’évolution du récit (par ex. le Mentor, le vieux Sage, l'Ombre, l’amoureuse, la Bonne Mère, la Sorcière, la Sophia combattante, le Fils, l'Érudit, le Fougueux instinctif, le Goinfre, l'Éveillé, etc).

Chacun joue un rôle bien spécifique pour un bon déroulement de la narration. Une règle
simple : à la fin de cette route, le moi du Héros doit être transcendé, le Soi en mire (Adepta).


Créer des circonstances pour qu’un personnage hostile au héros (une Ombre, émanation nécessaire à tous récits - , un “personnage qui s'oppose” ou antagoniste) manifeste des qualités héroïques enrichi le récit, d'autant plus que cette ombre du héros peut se voir secondée par ses propres émanations lui assurant ainsi sa propre autonomie.


L'EXEMPLARITÉ DE LA SÉRIE SAIYUKI

La série « Gensômaden Saiyuki » est remarquable de ce point de vue : l'équipe du Quartuo dirigée par le moine Genjyô Sanzô se retrouve confrontée à deux équipes de «Doubles » (en un système métaxique, espace intermédiaire tampon entre pulsion « démon » et contre-pulsion « daïmon » en des quaternions...).

L'une, mélange subtile entre image du double « démoniaque » et complémentaire (Yaone est l'anima de Cho Akkai, la jeune Rinrin est celle de Son Goku). Ainsi, dirigée par le démon Kôgaiji, elle n'hésite pas à s'associer à l'équipe du moine Genjyô Sanzô, avant de lui disputer à nouveau les Sûtras éparpillés dans tous le pays dans la course poursuite de leur recherche).

L'autre est une équipe de dieux en hypostase dans ce monde, et donc devenus mortels. Elle est dirigée par celui de la guerre, Homura, portant un oeil doré et un oeil humain. Celui-ci porte une menotte et chaîne au poignet droit (signe d'une âme tombée dans la matière et en obligation). Cette équipe est un mélange des différentes caractéristiques du quatuor de base dirigé par le moine Genjyô Sanzô, ces dieux sont leurs « Doubles idéaux».

D'ailleurs du point de vue théorique, tout protagoniste devrait présenter une touche de chacun des personnages qui l’entourent qui sont autant “figures archétypales”, parce qu'elles sont les expressions des parties qui constituent une personnalité riche et intégrée.

Les fonctions psychologiques des personnages de base sont les suivantes (voir le tableau sur la droite du document joint, je reviendrai dessus au moment d'exposer le concept de « Grande Mère ») :

Son Goku est le « Gaster » (ce Ventre du petit enfant engloutissant à chaque épisode des quantités incroyables de nourriture), les fonction orales avec leur part d'immanence et de forces inconscientes sans limite. Son Goku c'est aussi le Roi des Singes, plein de malice et imitateur de Dieu...

Sha Gojyo représente le stade de « l'Analité », c'est un démon dragueur comme il se doit.

Cho Hakkai, homme calme et souriant, a un passé sombre. Il a perdu son Anima qui s'est sacrifié dans le monde des démons. depuis il les éradique. C'est la « Génitalité », en vue d'un « l'Éros génitalisé » si l'on considère cette perte d'Anima et le lien avec Dame Yaone (Hakkai va vers l'obtention d'une 2e castration symbolique, déjà réalisée par le moine Sanzô). Il possède un petit dragon blanc véhicule de l'équipe. Il peut projeter l'énergie de son Ki, centre et pôle du corps humain. Son « double idéal » démoniaque est le Dr. Ni Jen Hi, la folie et l'Hubris de la Raison pure, c.a.d. Seth.

Genjyô Sanzô, il s'agit pour lui de s'assagir et de réaliser son potentiel, et pour les autres (ces autres facettes psychologiques) de se sublimer afin qu'ils puissent redevenir humain. La monture du moine est un dragon blanc qui se transforme en jeep, véhicule tous terrains.

Cette odyssée est la marque exotérique (extérieure) d'un chemin noétique, anagogique, intérieur (ésotérique) pour gagner le transcendant lumineux. Ces différents « étages » de compagnons du héros montre les différents versant psychologiques du personnage, du pulsonniel et tout émotionnel du petit enfant (Son Goku), à la bi-réflexivité active du Sage qu'il adviendra. C'est une « noosgénèse ».

Il est à noter de ce point de vue l'équipe des « Doubles idéaux » : Son Goku le « Gaster » primordial a été sublimé en Homura dieu de la guerre (séparation du pulsionnel du spirituel). Très jungienne cette série... et aussi, de ce triste point de vue, très alchimique aussi (à l'image de la réintégration dans l'emblème XIII du « Lapide Philosophico » de Lambsprink).

Les remarques sur la valeur psychologique donnée par la couleur de cheveux de leur détenteur est toujours valable (blond/solaire, rouge/impulsif, bleu ou gris/réfléchi).


EN COMPLÉMENT TECHNIQUE

Juste pour les lecteurs de Gilbert Durand (donc dédié à toi aussi Anaël), avant d'entamer plus tard une mythanalyse de la « Grande Mère », juste signaler le champs d'application du héros, Fils de la Grande Déesse Mère, entre les systèmes symboliques matriarcal et patriarcal, donc orphelin divin (les grands héros n'ont pas de parents).

Ainsi :

a) synthétiques et dramatiques ;
b) dialectique des antagonistes :
c) coïcidentia oppositorum (conjonction) et systématisation les obsèdent ;
d) cycliques mais progressives (spirale) ;
e) diachroniques : hypotyposes du passé et du futur ;
f) initiatiques et sacrificielles (comme je l'exposais aussi dans Bt'X ou Saint Seya)

Nous y reviendrons, comme dirait Pierre Solié.

http://etoilesducoeur.free.fr/edc/part/ ... images.jpg

Il est à noter cet entre « deux sexes » de ce « Fils éternel » prévu par le cadre théorique jungien(3)...


(3)(je ne devrais pas le dire, tant pis) Je souhaitais quelques conseils pour présenter mon projet d'ouvrage afin de trouver un éditeur.

J'allais voir après un colloque une personnalité reconnue. Le thème « Alchimie et Manga, une herméneutique du déplacement de support du Sacré » l'interpella, mais rit devant mon système de double résurgences contraires (car nous serions toujours en post-modernité ?! Dire cela à moi un publicitaire, alors que je travaille en écho des nouvelles tendances sociétales, ceci était téméraire et risqué...) et prédit que mon modèle décrirait des structures commercialement inacceptables telle que, je cite « une production mettant en scène un Puer androgyne, élevé(e) par une Grande Mère guerrière, partant en odyssée sur un coursier qui pourrait soit être une voiture ou soit une moto parlante, nommons la Hermès, et, sacrifiant avec un revolver car c'est une arme moderne. Très improbable... pour ne pas dire impossible».

Sur mon i-phone je lui montrais alors « Kino no tabi », série animée japonaise « senen » (pour un public de mentalité adulte), et best-seller en roman (plus de 5,7 millions d'exemplaires vendus rien qu'au Japon, puis sera traduit en chinois, coréen, allemand et anglais avec grand succès.) qui fût deux fois adaptée en jeux vidéo pour la console Playstation. Je lui demandais de me proposer d'autres « pitch ».

Le ton changea alors, le « cher collègue » se transforma en « Monsieur, je n'ai de temps à perdre avec des gamineries de dessin animés chinois»... Constance cognitive, appréhension du nouveau paradigme... Par respect et courtoisie je tairai pour toujours son nom, car sait-on jamais, et si après demain ce paradigme s'imposait...
Pièces jointes
Axe-plan-du-Soi_PSolié.gif
La philogénèse récapitule l'ontogénèse. La philogénèse révèle le parcours néotique ; dans d'autre tradition l'on pourrait peut être nommer cela "passer d'un Chakra à un autre supérieur" jusqu'à l'illumination.
Axe-plan-du-Soi_PSolié.gif (53.1 Kio) Consulté 323 fois
Kino-no-Tabi.gif
"Kino no Tabi", série mise en scène par le créateur de "Serial Experiments LAIN" est un road movie psychologique, versant opposé de la série "Ergo Proxy". En japonais, Kino, Puer aetermus, cet Orphelin Divin, se parle successivement au masculin puis au féminin. Il/Elle sacrifira lors de son 1er voyage la Gorgone, La Mère Ogresse d'une balle de colt Walker directement au Cœur, brisant ainsi le médaillon de cette Grande Mère Primordiale, tout inconscient, symbolisant les pulsions archétypales orales (canibalisme et découpage). Il est à noter que Kino ne peut passer plus de 3 jours dans une ville ou un lieu pendant son Odyssée. Il/Elle se déplace sur la moto (le motorad) Hermès avec laquelle elle discute et échange.

À noter un texte du Philosophe Gérard Dorn où il signale qu'Hermès Trimégiste qualifie la Pierre (lapis) d'orphanus (en dehors des échos à d'autres termes, qui signifie en propre "orphelin"). De même Albert le Grand qualifie une pierre précieuse "d'orphanus" car "non unquam alibi visus est" (jamais été vue ailleurs) et pour cause...

C'est en Solitaire que les "Carmina Heliodori" désignent cette pierre comme "orphelin chassé de sa maison" et sur la voie de transformation. L'orphelin c'est aussi le "fils de la veuve" de la voie initiatique... dont nous pouvons dans cette série suivre l'Odyssée.
Kino-no-Tabi.gif (61.38 Kio) Consulté 323 fois
Saiyuki_doubles-&-anima_ani.gif
Sur la gauche l'équipe de Kogaiji. Au Centre celle du moine Sanzo. Sur la droite celle du dieu Homura. 5,4,3.

Cette série est tirée de la Saga chinoise "La Pérégrination vers l'Ouest", un roman à succès du XVIe siècle de Wu Cheng'en, décrivant l'expédition en Inde, au VIIe siècle, du bonze Xuanzang.
Saiyuki_doubles-&-anima_ani.gif (42.29 Kio) Consulté 323 fois
Avatar de l’utilisateur
Inari_San
 
Messages: 79
Inscrit le: Dim 05 Juil 2009 09:50

Complément d'images

Messagepar Inari_San » Dim 03 Jan 2010 16:02

Des traces artistiques comme autant d'investissements du monde temporel par l'énergie du monde interporel, à la périphérie et au centre de tout ; comme le soulignait le Liber XXIV Philosophorum, puis Alain de Lille, tout près d'ici sur la Montagne Saint Geneviève, ancien lieu cultuel d'Isis la Grande Mère noire.
Pièces jointes
Grande_Mere&fils-amant-1.gif
Une Mythanalyse de la Grande Mère est à prévoir.
De plus l'instance du Sacrifice de son Fils sera à expliciter.
Grande_Mere&fils-amant-1.gif (62.02 Kio) Consulté 287 fois
Quaternions_jungiens_classi.gif
Quaternions classiques jungiens
Quaternions_jungiens_classi.gif (35.99 Kio) Consulté 287 fois
Mercurius.gif
Facette de ce logos
Mercurius.gif (61.27 Kio) Consulté 287 fois
Avatar de l’utilisateur
Inari_San
 
Messages: 79
Inscrit le: Dim 05 Juil 2009 09:50

Re: Emission Richard Khaitzine Franck Ferrandis

Messagepar anaël » Dim 03 Jan 2010 18:05

Hello INARI SAN

J'aurais du me douter que tu allais publier aujourd'hui... je me suis réveillé ce matin avec l'air de l'ARMURE dans la tête (escaflown) :

SI LA SIIII - MI SOL LA LAAAA - SI LA SIIII - MI SOL LA LAAAA - SOL LA REE SIIIII - DO# DOOOOOOOOOO # -

Je passe direct à la variation sur le DO# qui si je me souviens bien arrive plus tard.

Et sinon, ce moine alors, qu'est-ce qu'il t'a donné comme news du Dharmakaya ???

Tu lui as raconté ton rêve ?
anaël
 
Messages: 111
Inscrit le: Ven 08 Mai 2009 09:18

PrécédentSuivant

Retour vers Hermétisme & Alchimie & Demeures philosophales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron