Emmanuel Monin le 17 mai 2013

Emmanuel Monin le 17 mai 2013

Messagepar Jean-Claude Carton » Dim 12 Mai 2013 19:56

Emmanuel Monin avec Sylvia Schmitt-Dimicoli le 17 mai 2013 de 17h à 19h sur



Pour poser vos questions:
Imageetoilesducoeur@gmail.com


Image
Twitter @jccarton

Image

Image

Image
Sorti en 1943, le succès du Petit Prince ne se dément pas. Avec 130 millions d’exemplaires vendus et 236 traductions, il est le roman français le plus vendu au monde.
Le Petit Prince voyage de planète en planète, et vit des histoires originales.
On retrouve bien sûr le renard, ou encore la rose, des "symboliques". "Dans le couple, on s’appelle ‘mon trésor’ ou ‘mon chou’, on peut aussi appeler sa compagne "ma rose". Le symbole de la rose c’est celle que l’on aime, et il n y a rien de plus universel", analyse Emmanuel-Yves Monin, philosophe et auteur de
De quoi augmenter encore la popularité de ce personnage né il y a 70 ans. "Le Petit Prince touche absolument tout le monde. On s’identifie au personnage, comme on s’identifiait aux cowboys, ou aujourd’hui aux mangas, mais là c’est plus universel, parce que tout le monde peut se prendre pour Le Petit Prince", décrypte Emmanuel-Yves Morin.
Très poétique, le conte, qui se vend encore à 300.000 exemplaires par an, convient aussi aux adultes. "Certains enfants trouvent ça trop poétique, les plus réceptifs sont ceux qui sont un peu sentimentaux, et qui aiment les contes de fées. En revanche, c'est pour tous les adultes. Mêmes les plus matérialistes sont touchés. Saint-Exupéry dit d'ailleurs qu’il a voulu écrire un conte qui paraitrait sérieux pour des gens qui sont restés jeunes".
Partir à la recherche de soi-même
Les difficultés rencontrées par le Petit Prince, ses rencontres, ses souffrances : ces questions peuvent résonner en tout un chacun. "Saint-Exupéry disait qu’il y a très peu de sujets à travers le monde, à part l’amour, la mort, et la solitude. Le livre sera universel et intemporel tant que l’humanité existera avec ses problèmes, la recherche de soi-même, la souffrance de la solitude, le besoin d’être aimé, la peur de la mort, symbolisée par le serpent dans le Petit Prince".
La quête du trésor, situation intemporelle
"La recherche d’un trésor, c’est quelque chose de merveilleux et quel que soit le pays, c’est universel, comme la quête du graal au Moyen-âge. Ca symbolise en général la recherche de la chose avec laquelle on va être heureux, le partenaire affectif, ou même l’argent pour certaines personnes", explique enfin le philosophe.

Sans nul doute parce que ce chef-d'oeuvre de Saint-Exupéry non seulement évoque des thèmes éternels, mais apporte également et surtout des réponses non moins éternelles et universelles à toutes les questions vitales qui en surgissent...
Que dissimulent les images de la Rose, du Désert, du Puits ?
Que sont véritablement le Renard, le Pilote, le Serpent ?
Que signifie le mythe du Petit Prince ?
"Puis-je espérer d'autres vérités que symbolique !" s'exclame Saint-Exupéry... Et c'est bien cela, l'Esotérisme : un enseignement qui, transmis par des symboles, est "invisible pour les yeux".
Ce conte pour lecteurs de tous âges est ici décrypté à partir de messages similaires véhiculés par les spiritualités de tous Peuples.
Quel constat édifiant !
Quelle vision optimiste peut en naître, d'une pensée élevée, conciliatrice, utile,génératrice de bonheur et de compréhension !


Image

Vendredi 17 mai 2013, Emmanuel Monin, Sylvia Schmitt-dimicoli et moi évoquerons "Le Petit Prince" http://edc.radio.free.fr/
"Le désert de la vie est comme celui du géographe. Il n’est qu’une apparence laissée par le goût amer du vide intérieur. En profondeur, la vie et l’espoir existent. Et le renard du récit ne manque pas de le répéter au petit prince au terme du chapitre 21: “on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux”. Le départ est impératif. Il requiert l’abandon physique, celui du corps terrestre, cette “écorce” trop pesante comme le déclare le personnage enfantin de l’histoire, pour retrouver le corps astral et permettre ainsi l’accession aux étoiles comme le pilote s’élevant dans le ciel pur. Le petit prince ne met pas fin à ses jours de lui-même. Ignorant et naïf, il se laisse séduire par le serpent menteur “mince comme un doigt” mais “plus puissant que le doigt d’un roi” (chapitre 17). La mort qu’il redoute – “j’aurais bien plus peur ce soir” (chapitre 26) – signe que le suicide cesse d’être d’actualité, lui rendra ce qu’il a perdu: son monde, sa petite planète, sa rose, un univers qu’il comprend mieux à présent qu’il a fait l’expérience de ses rencontres et de ses découvertes au gré de son périple initiatique. Ce n’est pas un suicide puisque, comme le confie l’auteur lui-même, “la mort n’équivaut pas à l’arrêt définitif: ce n’est qu’un passage vers une autre planète”. Les convictions religieuses de St Exupéry ressurgissent au détour des symboles et des références bibliques. Le suicide n’est pas une option enviable dans l’idéologie chrétienne qui condamne l’acte et excommunie ceux qui y succombent. De plus, l’enfant intègre souvent la mort dans ses jeux de simulation, qu’il soit prince, guerrier ou tout autre héros dont il est l’acteur. Le venin du serpent rappelle le mercure philosophique de l’alchimiste, ingrédient indispensable dans la recherche de la connaissance. Le petit prince renonce à ses chaînes humaines pour reprendre ses ailes angéliques. C’est le mythe accompli d’Icare, l’ascension du Christ après sa crucifixion. La similitude avec la passion du Christ et la mort symbolique du petit prince révèle les convictions de St Ex., le saint du X, le X de la croix. Le pilote n’enterre pas la dépouille inerte. Il n’est donc pas mort, il n’en a que l’apparence. Il aura “l’air d’avoir mal”, et “un peu l’air de mourir” seulement. Il aura “l’air d’être mort et ce ne sera pas vrai” (fin du chapitre 26). Le mythe est renouvelé. Comme Jésus, le petit prince se sacrifie pour sauver le monde. Son retour espéré dans l’épilogue sera le signe que l’homme n’est pas perdu. Afin de poursuivre son chemin, il a accepté de laisser disparaître cette partie de lui-même qu’il lui fallait intégrer à sa personnalité sans pour autant lui laisser les commandes. L’être humain est un tout. Oublier son passé, aussi lointain soit-il, c’est cesser d’apprécier la vie à sa juste valeur. Le pilote reprend son vol après la réparation miraculeuse de l’appareil, accède de nouveau aux cieux limpides. Vue du ciel, la “terre des hommes” semble si paisible, presque paradisiaque…"
http://edc.radio.free.fr/

Image
Sylvia Schmitt-Dimicoli
"Ne change pas ta nature si quelqu'un te fait mal, prend juste des précautions.
Préoccupes-toi plus de ta conscience que de ta réputation.

Image

http://edc.stardist.org/
Jean-Claude Carton
 
Messages: 3280
Inscrit le: Sam 12 Jan 2008 19:24
Localisation: Paris

Re: Emmanuel Monin le 17 mai 2013

Messagepar Elenore » Dim 19 Mai 2013 16:36

Eh oui on ne se lasse jamais d'écouter parler de ce Petit Prince ... surtout quand le sujet est traité de façon aussi captivante ! :D
Elenore
 
Messages: 3
Inscrit le: Lun 11 Mars 2013 17:57

Re: Emmanuel Monin le 17 mai 2013

Messagepar Jean-Claude Carton » Dim 19 Mai 2013 16:50

Image
Sylvia et Emmanuel
"Ne change pas ta nature si quelqu'un te fait mal, prend juste des précautions.
Préoccupes-toi plus de ta conscience que de ta réputation.

Image

http://edc.stardist.org/
Jean-Claude Carton
 
Messages: 3280
Inscrit le: Sam 12 Jan 2008 19:24
Localisation: Paris


Retour vers En suivant les Étoiles

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 0 invités

cron